Sur neuf photos de Bernard Plossu, exposition « Al-Marriyya, un désert et la mer »

Perché, enfoui

Perché, un enfant se penche

Enfoui, un vieux mur lézardé

Perché, un homme marche d’un pas lent, vieux funambule aux doigts

Enfouis derrière son dos

Perchée loin en Espagne

Enfouie derrière un moucharabieh

Perché, il n’aime pas les mouches

Enfoui, le vieux mur craquelé, un peu sali

Perché, un homme qui ressemble à Pierrot

Enfoui sous un béret de feutre

Perchée peut-être à Collioure

Enfouie où il fait très chaud

Perchés dans un endroit pas très beau

Enfouis à Sainte Marie de la Mer, peut-être

Perchée, une fillette à grandes créoles et robe flamenca

Enfouies, ses mains, dans la crinière d’un poney de six mois avec de fins sabots blancs

Perché, le linge qui sèche au vent qui le balance

Enfouie la murette sous un tas d’ordures éparpillées

Perchés dans un réseau de fils électriques

Enfouis sous la grande toile d’araignée, des oiseaux

Perché, un balcon avec des géraniums, des pélargoniums plutôt

Enfoui dans un monde flou avec en-dessous, une fillette qui porte une grande bassine noire

Perché, grand, sa jambe levée pour relancer le ballon

Enfouie, cachée derrière un pilier, une petite fille aimerait monter sur un poney et regarde la demoiselle à la robe flamenca, fière sur son poulain aux fins sabots blancs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.